AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Ven 25 Avr - 21:26



« Try to save me... You know, it’s impossible. »


• Fiche d'Identité

    Nom : FOX
    Prénom(s) : ETHAN MATTHEWS
    Surnom(s) : Thanox
    Il est des surnoms dont le souvenir est à la fois douloureux et plaisant, dont la sonorité seule éveille de multiples émotions allant du rire aux larmes. Thanox en fait partit. Un seul être a un jour appelé Ethan ainsi, un seul être qui a su conquérir son coeur, et cet être a disparu dans le néant ne laissant qu'un surnom.
    Date de naissance : 17 décembre 1982
    Age : 25 ans
    Signe Astrologique : Sagittaire
    Lieu de naissance : New York
    Nationalité : Américain
    Statut / Occupation : Chasseur de Démon
    Les simples humains, ceux qui ont peur et n'osent sortir, m'appelle pactisant. Jaloux de mes pouvoirs, jaloux de ma force de caractère qui me pousse à aller de l'avant, ils pensent que j'ai pactiser avec le diable. Mais c'est justement lui que je combats chaque nuit en risquant ma vie. Tantôt exorciste, tantôt tueur, mais surtout exterminateur de démons en tout genre sans aucune discrimination. Et le reste du temps? Je bois, je saute tout ce qui bouge et je me drogue. La vie serait moins drôle sinon.




• Profil psychologique et physique

    Caractère :

    « Téméraire, trop téméraire. Un jour il ne s’en sortira pas aussi bien, et ce jour là il regrettera sa témérité! Le courage c’est bon pour ceux qui peuvent gagner le combat, mais pour nous, la seule chose chose qu’on peut espérer c’est de survivre. »

    Ethan n’est pas vraiment quelqu’un qui se morfond en espérant que l’avenir sera meilleur. Il a toujours vu du plus loin qu’il s’en souvienne un monde détruit, un monde auquel il appartient complètement, où se mélange l’horreur et la terreur en les coeurs des survivants. Dans un tel monde, si l’on veut survivre, on n’a pas le choix, il faut foncer, se montrer intransigeant avec soi même et ne pas avoir beaucoup de moral, sinon on finit par capituler. Le courage c’est bien, mais mieux vaut être téméraire, ne pas avoir froid aux yeux et foncer lorsqu’il le faut. Et c’est très exactement ce qui caractérise Ethan, un caractère de fonceur, qui ne prend jamais trop le temps de réfléchir, qui préfère l’action à la réflexion, et qui se montre toujours incroyablement doué pour gagner, pour remarquer à la vitesse de l’éclair les faiblesses de son adversaire et pour en profiter. On pourait penser qu’il est un homme d’action et qu’il ne se repose jamais mais ce serait avoir tord.

    En fait, Ethan est quelqu’un de très intelligent. Un esprit brillant qui n’aime qu’une chose, chercher une solution dans un problème en apparence impossible à résoudre. C’est une intelligence qui a sans cesse besoin d’être en action, et qui peut vite s’ennuyer. Sa faculté d’analyse si rapide qui lui permet de savoir presque immédiatement qui est la personne en face de lui juste parce qu’il croise les bras de cette manière, parce que ses chaussures sont plus ou moins usés ou parce qu’il a une coupe de cheveux comme ceci et non comme cela pourrait le rendre terrifiant pour la plupart des yeux. C’est sans doute pour cela qu’il masque ses capacités d’analyse et son esprit brillant derrière un caractère de fonceur qui n’est pas vraiment le sien, mais plutôt son adaptation au monde dans lequel il vit, un moyen de survivre en somme.

    Au premier abord, Ethan peut apparaître comme quelqu’un de sympathique, il a il faut dire un visage d’ange, malgré ses manières de garnements, et puis il n’est pas non plus asociale lorsqu’on essaie de lui parler, il peut même se montrer gentil. Mais on se rend rapidement compte que Ethan se moque pas mal des gens autour de lui, il n’a même pas l’air de se soucier du sort de ceux qui l’aime. La vérité c’est que Ethan n’aime personne, dans le sens qu’il n’aime pas beaucoup la société, et qu’il ne se sent bien que lorsqu’il est seul. Cependant il a depuis longtemps compris l’intérêt de vivre avec les autres, non seulement ça l’empêche de devenir un véritable monstre même si parfois il aimerait se laisser tenter, mais en plus c’est plus facile de survivre en groupe que seul. Alors il joue le jeu de la société et montre patte blanche, mais pour ceux qui le connaisse, il peut rapidement devenir insupportable. On se demande bien comme ils font pour l’apprécier.

    En fait, Ethan est même quelqu’un de très doué pour la manipulation même s’il aimerait ne pas l’utiliser, il apparaît quand même assez évident, que c’est utile, voire très utile dans ce monde de brute pour survivre. Il s’y connait pas mal pour glisser une parole gentille, ou paraître plus idiot qu’il ne l’est. Bien sûr il pourrait pousser le vice plus loin, mais Ethan n’est pas comme ça. Il aime la franchise et porte un goût immodéré pour la vérité. Ce qui lui importe c’est de savoir. Tout comme son envie de savoir pourquoi le monde est devenu ainsi, il a toujours envie de savoir comment ceci est arrivé ou comment cette personne est devenue cela. Et son goût de la vérité l’emportera toujours sur sa faculté à manipuler les gens qu’il déteste par ailleurs même s’il la trouve fort utile.
    Revolté n’est pas le mot juste, Ethan n’a pas envie de redessiner le monde à sa manière parce qu’au fond, il sait que ce monde est le sien, que malgré son intelligence brillante, ses dons qu’il utilise sans vergogne, il sait que ce monde l’a façonné à sa manière et que si le monde devait changer à présent, il ne se sentirait plus chez lui, il se sentirait sans doute plus mal qu’il ne l’est. Le jeune homme aime ce monde même s’il le déteste aussi. En fait Ethan est surtout un esprit libre plutôt que quelqu’un de révolté. Il ne veut pas changer ce monde, il veut juste y vivre comme il l’entend. Lui donner un ordre se révèle bien inutile. Ethan n’en fait jamais qu’à sa tête et il n’écoute jamais personne. Son arogance le pousse à se croire supérieur aux autres, et à penser que tout le monde ment, et de fait, il n’a pas tord.

    Pensant que le monde court à sa perte, le jeune homme tourne sa vie vers le plaisir. Les filles, il les a si facilement qu’il aime jouer avec elle, jamais la même, jamais le même numéro de séduction, chaque nuit est une nouvelle aventure où il compte bien s’amuser comme si c’était la dernière. Prendre des risques dans sa chasse au démon, dans ses formules qu’il aboit en même temps qu’il extermine une créature du mal, est pour lui une manière de vivre. Il vit le jour le jour, et ne compte pas les risques qu’il prend. Survivre est pour lui un jeu, et il sait qu’il y est bon. Bien sûr il sait que tout le monde ne pense pas comme lui et c’est pour cela qu’il ne dit rien de sa manière de penser.

    Défaut dominant: Je suis pas vraiment quelqu’un d’utopiste, je ne crois pas que le monde ira mieux, je ne pense pas qu’avec le peu qu’on est de chasseur et d’exorciste on va arriver à changer la face du monde et encore moins à éradiquer la population de démon. En fait je me plais dans ce monde parce que je sais que j’y ai ma place. Mais une telle manière de pensée me rend souvent un peu trop fougueux, je ne réfléchis jamais à l’avenir, je vis chaque instant comme si c’était le dernier, parce que je crois qu’on va droit dans le mur. Parfois il m’arrive de me demander si je me trompe, si on a la moindre chance de réussir, et dans ce cas j’aurais sans doute foutu en l’air pas mal de choses auquelle me raccrocher. Je ne sais pas combien de temps on peut vivre ainsi, sans penser au lendemain.

    Qualité dominante: Ma patience bien que toute relative, m’a bien souvent sauver la vie. Malgré ma témérité, malgré ma manière de foncer dans le tas, je suis capable de beaucoup de sang froid et d’analyse alors que j’ai l’air d’un chien fou. Non seulement ça trompe les démons sur mon compte, mais ça me permet d’analyser la situation, et de tenir le coup plus longtemps qu’un autre, de savoir attendre le bon moment pour mettre un démon K.O.

    Apparence physique :

    Dans mes traits fins, avec mes grands yeux bleus et cristallins j’ai tout d’un ange. Mon visage ne révèle rien de mon caractère, il est bien trompeur ce charmant visage qui les séduit toute sans exception. Mes yeux si clairs et si bleus les troublent sans qu’elles n’y trouve à redire. J’ai cette capacité à passer pour aussi tendre et bons qu’un ange, en fendant mes lèvres d’un sourire généreux, mais je peux également tirer de mon visage un sourire mesquin des plus méchants qui me donne alors l’air d’un démon venu sur terre. Je peux paraître aussi magnifique que je le souhaite ou aussi monstrueux que les démons que je combats d’un simple maquillage soulignant mes traits étranges.

    Je porte depuis longtemps les cheveux longs, ce sont des cheveux bruns, qui tombent jusqu’à mes épaules. Ils sont en temps normal lisse mais avec le moindre temps humide, ils deviennent légèrement ondulés et mes mèches de devants prennent de jolies boucles qui encadrent alors mon visage me rendant encore un peu plus angélique.

    Pour ce qui est de mon corps, je l’entretiens avec un entraînement quasi militaire. Il faut dire que pour affronter ce que je combats tout les jours dans mon boulot, il vaut mieux être préparé avant d’y aller. Mes biceps sont du coup bombés, généreux, mes muscles peuvent se bander à volonté et prendre une forme qui a tendance à plaire aux femmes. Mais ça n’est pas pour elle que j’entretiens mon corps, c’est parce que c’est aussi un outils de travail, et que je n’ai pas envie de finir à six pieds sous terre.


Dernière édition par Ethan Matthews Fox le Sam 26 Avr - 1:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Ven 25 Avr - 21:27



« Can you hear me? I'm in the darkness and I lost the light. »


• Histoire

    Au commencement : Once upon a time... Racontez nous la venue au monde de votre personnage, à travers la rencontre de ses parents et sa naissance {10 lignes minimum}

    « On les appelaient les deux enfants de la nuit. Non pas qu’ils aient été conçus par une nuit glaciale et quelque peu fantastique comme leur légende le racontera plus tard, mais parce qu’ils n’étaient visible que la nuit et agissait comme les créatures qu’ils combattaient farouchement. Le frère et la soeur. Ils ne se ressemblait pas tellement. C’était un jeune homme mince et svelte, plutôt bien taillé et dont les muscles roulant sous la peau faisait fantasmer pas mal de jeunes filles, alors qu’elle était blonde, fine et menue, elle ressemblait à une poupée avec ses traits enfantins. S’il n’y avait eu leur complicité, leur manière d’être si proche l’un de l’autre, de se connaître aussi bien et leur taquinerie qui lorsqu’elle s’effaçait faisait place à une coalision effrayante pour leurs ennemis, on n’aurait jamais dit qu’ils étaient frère et soeur. On remis en doute leur lien de fraternité lorsqu’ils étaient trop proche, ne seraient-ils pas plutôt amant? Mais il était un fait établit qu’ils se considéraient l’un et l’autre comme un frère et une soeur et qu’ils agissaient ainsi en conséquence.

    La légende qui racontait leur faits d’arme n’était pas une légende, c’était des faits réels mais tellement étonnant de la part de simple humain qu’on les avaient exagérés pour les transformer en mythe. Pour les témoins de leurs actes héroïques, ils étaient la lueur d’espoir, des héros des temps moderne prêt à sauver le monde. Pourtant ça n’était pas ainsi qu’agissait le frère et la soeur, ils n’ont jamais voulu qu’on les considère comme des héros et ne se sont jamais donné de tel nom. Tout ce qu’ils ont fait, ils l’ont toujours considéré comme normal, et parfois ils avaient peur d’y perdre leur âme, parce que la limite entre le bien et le mal est toujours faible lorsqu’on plonge dans la violence la plus extrême. Jamais ils n’auraient pu imaginer que on les jugeraient comme des héros, eux qui s’imaginaient finir par ressembler à ceux qu’ils combattaient. Et d’un certain sens leur craintes n’étaient pas exagérés. La violence dont ils étaient capable était absolument effrayante, voilà pourquoi dans les récits racontant leurs actes de bravoure, on passe rapidement sur la violence de leurs actes.

    Il est difficile de parler de personne qui sont devenue une légende, difficile de faire la part du faux et du vrai. En vérité bien peu de personnes ne connaissait vraiment ces deux héros. Il faut dire qu’ils vivaient plutôt en solitaire. Elle s’appelait Katherine Milles Fox, elle avait quelque chose comme la vingtaine, mais elle paraissait tellement plus jeune. Lui, il s’appelait Julien Gregory Fox et il faisait facilement la trentaine bien qu’il soit plus jeune. Tous les deux vivaient dans un vieux manoir à moitié détruit dans la banlieue de New York, mais ils étaient trop souvent dans des squatts d’immeuble sur le point de tomber en ruine. Ils avaient peu d’amis, même très peu. Les autres chasseurs les connaissaient bien, ça c’est sûr, et ils étaient à la fois fasciné et méfiant. Leur vie n’a pas été aussi facile que le prétend leur légende. Ils n’avaient pas toujours de quoi se nourir, et pas toujours de quoi s’habiller. Le froid pourtant ne leur faisait pas peur. Je doute en vérité que quoique ce soit leur ai un jour fait peur.

    Leur légende pris ses racines dans leur attaque pourtant suicidaire à un nid de démon, oh ils n’étaient pas aussi nombreux qu’on le dit, mais ils étaient assez fort pour que les Fox ne s’en sortent pas. Ils s’y sont attaqués seuls, n’ont pas utilisé la ruse, ils ont foncés dans le tas. Sans leur armes, je pense qu’ils serait probablement mort, mais les armes ne font pas tout. J’en connais pas mal des chasseurs qui sont morts en pensant que leurs armes les sauveraient. Et puis le armes qu'utilisait Katherine n’étaient pas très puissantes et elle n’aimait pas les utiliser, je doute que c’est grâce à son magnum qu’elle s’en ai si bien sorti de cette attaque. Julien en revanche, utilisait ses armes à la perfection. Il avait la particularité de combattre aux armes blanches et à chaque fois il faisait mouche comme il le disais lui-même. Sa manière de les utiliser était effrayante et il en a massacrer plus d’un. Toujours est-ils qu’ils sont sortis de là vivants et les démons étaient tous morts.

    Durant près de trois ans, ils ont continués à semer des cadavres sur leur chemin. C’était pas toujours des démons, c’est vrai. Les humains qui leur cherchait des merdes ne sont plus là pour en parler. Quand à certaines personnes qui semblaient bien sous tout rapport, ils disparurent après que des rumeurs coururent à leur encontre, comme quoi ils seraient des agents du gouvernement. Les Fox ne laissaient jamais de témoin, mais en revanche, ils ne s’attaquaient jamais aux innocents, c’est sans doute ça qui a contribué à leur légende. Les survivants que laissaient les Fox derrière eux pensaient que le couple les avaient sauvés. Je doute que les Fox n’ai jamais eu l’intention de sauver qui que ce soit. Au fond, ce monde leur plaisait. Ils y avaient une place. Je crois pas qu’ils aient voulu un jour que ce monde change. En tout cas ils n’y ont pas contribués malgré leur états de faits, et leurs actes de bravoure.

    Tout à dérapé lorsque Kathy a rencontré Drancy. C’était pas un mauvais bougre, juste un utopiste. Julien se méfiait de ces gens là et je crois qu’il a eut bien raison. Mais Kathy en était folle. Elle était prête à tout abandonner, les combats, sa vie de nomade, et son frère pour épouser Drancy. Je sais pas trop ce qui s’est passé, et petit, je n’accuse personne, mais Drancy est mort. Le pauvre vieux a claqué. Je crois pas que ce soit à cause d’un démon. Si l’on en croit la gueule qu’il avait, c’était plutôt une saleté de maladie qui l'a tué. Mais Kathy, elle n’a pas aimé ça. Drancy était tout pour elle, vois-tu, elle aurait fait n’importe quoi pour lui. Sa légende, elle s’en moquait pas mal, sa vie de naguère lui semblait soudain illusoire. Et Drancy mort, elle s’est retrouvée seule, enceinte, et la douleur de sa perte manqua de la rendre folle. Heureusement Julien s’est occupé d’elle. Il a fait tout ce qu’il pouvait pour soulager sa douleur, mais je crois qu’il n’y avait rien à faire. Katherine ne pouvait cesser d’aimer Drancy, pas après ce qu’il s’était passé, pas après son destin funeste. Et le petit Ethan est né.
    »



    La fumée s’élevait dans les airs avec volupté, par petites nappes virevoltant avant de disparaître. Ses yeux bleus comme le ciel s’y accrochaient. Elle détaillait les formes que prenait la fumée. Laissant la cigarette se consumer entre ses doigts fins. La lumière faible d’une vieille lampe à pétrole éclairait la fumée avec un halo légèrement orangé. Dans l’obscurité qui entourait le plafond de la petite chambre, la jeune femme y cherchait la fumée qui s’y envolait avec douceur. Ses yeux se fermèrent doucement. Laissant la sensation de chaleur que dégageait cette main virile sur son dos l’envahir. Allongée à plat ventre, nue, sur le lit, elle ressemblait à un modèle de Ingres. Sa nudité n’était pas vulgaire sous cette lumière, avec la fumée de cigarette l’entourant, elle était belle à en mourir. Et cet homme qui la regardait avec autant d’amour qu’elle observait la fumée le savait parfaitement. Il ne savait encore pourquoi cette femme si belle, avec des formes si généreusement étalées sous ses yeux émerveillés, possédant un caractère tel un diamant non taillé pouvait avoir un jour posé son auguste regard sur lui. Délaissant la fumée et ses nappes si agréables à son regard, la jeune femme se tourna pour embrasser du regard cet homme nu et virile qui avait sa main négligemment posée sur ses fesses. Un sourire éblouie son visage qui semblait si nostalgique quelques instants auparavant. L’homme se leva doucement pour déposer un baiser sur son front encore tout humide de l’effort qu’elle avait fourni.

    - Je t’aime Katherine Fox.

    Souriant un peu plus la jeune femme rouvrit les yeux. Cet homme lui parlait de choses qui n’avaient jamais eut d’importance à ses yeux, parce qu’elle avait perdue sa foi en l’amour depuis longtemps. Et pourtant dans sa bouche, entre ces lèvres suaves qu’elle adorait embrasser, ils prenaient une importance primordiale. Jamais elle n’aurait cru sourire tendrement en entendant ces simples mots. Elle qui jurait que l’amour entre deux être n’existait pas, avait encore du mal à croire en ce nouveau bonheur. Bien sûr, Julien, lui, n’y croyait pas. Elle savait d’entrée de jeu que son frère ne comprendrait pas, qu’il serait sourd à ces sentiments qu’il feignait de ne pas voir, de ne pas ressentir, qu’il disait être de simples mots, une tromperie de l’être humain, une tromperie de plus. Mais ce regard que lui adressait cet homme, ce regard rempli d’amour, de tendresse, de passion, disait le contraire. Il démontrait que l’amour existait. Comment être aveugle au point de ne pas le comprendre ? Kathy ferma les yeux. A nouveau, ses lèvres entrèrent en contact avec celle de l’homme, à nouveau elle en sentit la douceur contre les siennes, à nouveau elle pu en éprouver le goût, à nouveau elle se perdit dans ce baiser comme elle s’était perdue dans les combats et la chasse. Cependant, il ne lui offrait pas l’horreur au quotidien, il ne lui tendait pas une victime offerte du bout de ses lèvres si suaves, non, c’était de l’amour sans concession qu’il lui offrait, sans rien exiger en retour.

    - Je t’aime Matthews Drancy.

    Rouvrant ses yeux, Katherine pu à loisir contempler le visage de son amant. Dès le premier regard qu’elle avait posé sur ce charmant visage aux traits fins malgré un menton autoritaire, et des muscles saillants sous sa chemise entre ouverte elle avait su qu’elle l’aimerait à la folie, qu’elle pourrait se perdre dans cet amour et elle avait eu peur. Lui n’avait pas dû avoir peur. Il pleuvait ce jour-là. Et la pluie n’eut plus le même goût alors. Les cheveux humides de Matthews tombaient sur son visage. Et les gouttes d’eau ruisselaient sur son visage. Elle avait eut peur. Oui, peur. Pourrait-elle vraiment aimer ? Ce sentiment lui semblait tellement lointain alors. Que ce soit la chasse ou son mode de vie, elle avait tellement perdu la foi en ces sentiments, l’amour, l’attachement, la confiance, le besoin de l’autre. Les hommes passaient dans sa vie sans s’y arrêter. Et Julien ne comptait pas. C’était son frère, il serait toujours là pour elle. Envisager quelque chose de sérieux avec un homme lui était alors impossible. Mais c’était sans compter sur la nature. Quelqu’un avait glissé en l’être humain un besoin d’amour, de se rapprocher d’un autre être, d’avoir envie de lui sans cesse, et d’avoir besoin de lui. Elle avait céder à ce besoin sans même s’en rendre compte. Et le bonheur s’était emparé d’elle.

    - Je veux avoir un enfant de toi.

    Un enfant, elle n’avait jamais songer à en avoir un. Ne croyant pas à l’amour, elle n’avait jamais été ne serait-ce qu’effleurée par l’idée d’avoir un enfant. Sa vie avait été toute tracée par la chasse. Les démons à tuer, toujours plus, cela n’avait de fin, et le pire c’est que ça lui plaisait. Elle avait aimé ces nuits sans fin passée à traquer un démon, elle avait aimé observer le lever du soleil en devant s’essuyer les yeux du sang d’un démon mêlé au sien sur son visage. Ne pas savoir de quoi demain serait fait était une facilité. Elle n’avait pas à se soucier de projet, à se culpabiliser de ne pas atteindre les buts qu’elle s’était fixé, chaque nuit était alors comme une nouvelle vie. Rien d’autre ne comptait hormis la chasse. Le nombre de démon tuer, un véritable tableau de chasse, c’était la seule trace de son passé, des jours précédents, le nombre. Mais à présent qu’elle avait Drancy, qu’elle était amoureuse, tout cela lui semblait si lointain. C’était comme si elle s’était éveillée à une nouvelle vie dans les bras de son tendre amant. Avoir un enfant. L’idée ne lui déplaisait pas. S’approchant de Matthews, elle lui offrit la plus douce des réponses, et leurs lèvres s’étreignirent une nouvelle fois dans l’intimité de cette chambre d’hôtel.



    [/i]


Dernière édition par Ethan Matthews Fox le Sam 3 Mai - 19:11, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Ven 25 Avr - 21:28



    Extrait du Journal Intime de Julien

    Je me rend compte pleinement de me erreurs. J’ai cru que j’avais vaincu cet homme, que je l’avais chassé à jamais de ma vie. Mais on ne peut chasser entièrement quelqu’un de sa vie, que ce soit par les mots, par une absence ou par la mort, les fantômes errent dans notre existence. La plupart d’entre eux, nous savons faire avec eux, on espère chaque jour leur départ, et leur présence nous rappelle cruellement nos erreurs. Mais lorsqu’il ne s’agit pas de fantômes ou de simples remords ? Lorsqu’il s’agit d’une personne de chair et de sang, doté de pensées obscurcies par la rage, et qu’elle a décidé de se venger, de nourrir vos remords et de faire table rase de votre bonheur précaire, il n’y a rien de plus terrible. Son regard déterminé, le tremblement de sa main, imperceptible pour tous les autres hormis vous, tout vous indique les dommages terribles qu’il va vous causer, mais comme le capitaine du Titanic, vous savez qu’à présent il est trop tard pour faire marche arrière, ni même pour fuir. La tempête s’abat alors sur vous. Et même les remords deviennent une compagnie agréable… tout simplement parce qu’il ne vous reste plus rien d’autre. Les remords se nourrissant dans l’obscurité, ayant attendu leur moment, pour jaillir et vous saisir à la gorge. Trop tard pour fuir. Trop tard pour faire machine arrière. Fermer les yeux pour ne pas voir l’horreur que cela va causer. Cette personne, sa vengeance et ses conséquences… accompagné irrémédiablement des remords.

    Nous nous étions connus des années. Il était un scientifique reconnu. Je n’étais alors qu’un chasseur dont les prouesses avaient fait parler de lui. Je n’étais pas comme les autres, voyez-vous, je ne possédais pas ces pouvoirs extraordinaire. Je n’ignorais rien sur ces personnes dotés de capacités hors norme. Mais mes parents n’étaient pas des chasseurs. Et c’est moi qui est pris cette décision adolescent, entrainant ma sœur dans ce combat. Je reconnais aujourd’hui mon erreur. Bien qu’elle ait été la meilleur, que j’ai adoré chasser avec elle, je réalise qu’elle n’était pas faite pour cela. Ma poupée fragile aurait été plus heureuse au creux des bras d’un homme. Bien que je n’ai jamais aimé Drancy, au moins, il rendait ma sœur heureuse. Et peut-être qu’il valait mieux qu’il m’enleva ma sœur, car je ne lui avait jusqu’ici offert une vie ingrate, sans luxe, remplie de combats et d’horreurs. J’étais jeune. Avec ma sœur, nous traversions les états. On était à peine au courant des rumeurs qui courraient sur notre compte. Mais lui… il avait l’air de les connaître.

    On s’est plus que croisé. Nous étions des amis. J’ai même éprouver pour lui plus que de l’amitié. Il s’en doutait et ne m’a jamais repoussé sans non plus jamais me dire oui. Il tenait à notre amitié c’était évident. Un homme pas toujours aussi bon et gentil. Je sentais l’homme de poigne qu’il pouvait être. Mais nous étions amis. J’aurais dû mettre un terme à cette amitié faussée dès le départ. Cependant l’amour est un sentiment qui vous saisit à la gorge. Si jusqu’ici mon désir envers mon ami était assez présent, cela restait du désir…. Jusqu’au jour où l’amour avait décidé de pointer son nez. Etre proche de lui me mettais à la torture. Et je ne pouvais plus le supporter. Surtout qu’il fréquentait une femme… j’ai tout fait pour la chasser de sa vie. Elle a renoncé à lui et moi j’ai renoncé à lui. Mais il appris ce que j’avais fait, sans savoir pourquoi, pensant que c’était ce stupide désir qui m’avait guidé… Il a dû être blessé cruellement par ma trahison.

    Et aujourd’hui, il déguste sa vengeance. Elle est d’autant plus réussit et horrible que le petit de Katherine n’est pas mon enfant, qu’il n’est pas moi, qu’il n’a aucune implication dans cette querelle. Ce qu’il a osé faire à ma sœur et à son bébé… la rage envahie tout mon être et pourtant je sais que je serais incapable de le tuer sir je le voyais. Ethan dort profondément, niché dans les bras de sa mère. Je ne sais pas ce que Ethan deviendra. Cette pratique est devenue illégale, c’est bien pour une raison ? Et je n’ai jamais cru en cette thèse que les personnes possédant des talents extraordinaires soit des pactisant du diable. Mais je crains le pire pour l’enfant. Quand à ma sœur… je ne veux être cruel envers elle, mais depuis la mort de Drancy, elle n’est plus la même femme, c’est un fantôme, une véritable loque humaine ! Sera-t-elle d’élever un enfant ? D’autant plus un enfant possédant des pouvoirs dont la vie risque d’être bouleversée en un claquement de doigt si l’on venait à l’apprendre… sans force pour se défendre.[i]




« Can you touch me ? I don’t feel anything, it’s like a little death. »


    Anecdote(s) de l'enfance : Sous forme d'un dialogue, relatez un fait important de sn enfance {8 lignes minimum}

    [i]Cher Matthews,

    Sais-tu combien la vie sans toi est difficile ? Sais-tu seulement combien je te déteste de m’avoir aimer, de m’avoir redonner envie de vivre pour me laisser ? Depuis que tu n’es plus je ne sais même plus ce que c’est de vivre. Ne serais-ce pas la chose la plus difficile à faire sur cette Terre ? Vivre. Sans toi. Au début, j’ai cru que je n’y parviendrais pas. Chaque objet me rappelais ton visage, chaque son me rappelais ta voix, j’avais la sensation que tu étais derrière moi, que tu te cachais de moi, mais que tu étais là. S’en était plus terrible. Pas une seule de mes pensées n’étaient dirigées vers toi. Et mes larmes… elles coulaient comme des rivières hors de mes pauvres yeux fatigués. Et la douleur. Sais-tu combien c’est douloureux de perdre quelqu’un qu’on aime ? Sais-tu seulement combien c’est difficile de perdre la seule personne qu’on ai jamais aimé ? Tu m’as appris à aimer, tu m’as fait redécouvrir ce mot, et tu m’as laissés, avec la douleur et la peine pour cadeau. Un chagrin insurmontable et une souffrance insupportable. Plus rien n’a de goût, plus rien n’a d’importance. Et je te pleure en chaque instant.

    Je sais bien que cette lettre ne te ramèneras pas, pas plus que mes larmes ne t’ont fait revenir. Mais il faut que j’écrive. Je suis seule avec ma douleur. Julien n’avait pas compris que je puisse aimer. Il n’avait pas compris que je puisse être avec toi. Il n’avait pas compris. Comment aurait-il pu saisir la douleur qui m’emportait, qui s’écoulait dans mes veines avec tant de force, qui dévorait chaque parcelle de mon âme, qui piétinait avec horreur mon cœur ? J’étais seule pour affronter ma douleur. Notre enfant est là bien sûr. C’est un charmant petit garçon mais il ne peut comprendre. Lorsqu’il me voit pleurer, il prend ma main et pose sa charmante petite tête sur mes genoux. Il essaie de me réconforter, à sa manière, mais il ne sait pas, il sent seulement ma douleur, mon chagrin, sans en connaître la raison. Si seulement je savais comment te faire revenir à moi. Si seulement… notre enfant a besoin de toi, mon amour. Je n’y parviendrais pas sans toi. Sans toi je ne suis rien. Reviens-moi. Je t’en supplie.

    Tu ignore tout. Le chagrin a obscurcit mon esprit. Et même la naissance de Ethan n’a su me ramener à la vie. Sans toi, j’étais comme morte. Plus rien ne comptait. On aurait pu me tuer j’en aurais été heureuse. J’ai changé depuis que Ethan grandit, je resterais pour lui. Mais s’il n’avait été là, il y aurait longtemps déjà que je t’aurais rejoint, mon amour. Il me fallait toute mes forces pour continuer. Que dieu me pardonne, j’étais tellement aveugle après ton départ, tellement proche de la mort, mais si loin de toi, que je n’ai rien vu. Sur le moment je n’avais pas compris. Ses mots étaient si compliqués. Médecin. Opération. Tout s’obscurcissait dans mon esprit. Tout cela est de ta faute. Si tu ne m’avais pas laissé, j’aurais su quoi faire, je n’aurais pas laissé Julien faire, avec ses mots compliqués et ses regards appuyés, sa main sur mon bras et sa voix grave mais mélodieuse. A cause de toi, ils ont fait quelque chose à mon enfant, à notre enfant. Sais-tu seulement ce que c’est de ne pas savoir ? Sais-tu combien c’est douloureux ? Tu n’es plus. Et j’ignore ce qu’ils ont fait à mon enfant. Julien ne cesse pas de me rassurer, mais il ne me dit rien, il reste clos, ses lèvres bougent mais aucun son n’en sort. Je me sens si faible. Sans doute je ne mange pas assez, mais… si seulement tu étais là. Tu aurais dit non, tu m’aurais guidé. Et Ethan ne possèderait pas ces dons si étranges.

    Mon amour, reviens-moi.

    Katherine Fox, New York, Etats-Unis d’Amérique




    Le petit garçon observait devant lui l’espèce de créature qui se tenait devant lui, c’était un homme mais il avait perdu tout aspect humain, sa peau était tanée et ses yeux devenus rouge. La créature s’agittait dans ses chaînes, grognait, c’était un son ignoble. Mais le petit garçon ne cilla pas. Il détaillait la créature en silence sans rien dire. Des bruits de pas se faisait entendre autour de lui, quelqu’un faisait les cent pas juste derrière le petit garçon. Mais ce dernier n’y prêtait pas attention. Le centre de son attention était la créature qu’il observait comme si sa vie en dépendait. La créature avait beau grogner et gémir d’une horrible manière, le petit garçon ne laissait rien percevoir de sa peur, s’il en ressentait.

    - C’est bien mon garçon. Etudie la, connais ses faiblesses, concentre-toi sur elle.

    Le petit garçon n’eut aucune réaction. Il était bien trop concentré. L’homme qui marchait derrière lui s’arrêta. Il était fier du petit Ethan. C’était pas la première fois que le garçon le surprenait par ses capacités d’analyse et son intelligence. Il ne doutait pas un instant que le petit garçon allait tuer cette créature. Ca n’était pas son premier entrainement. L’homme sourit. La relève était assuré avec un tel gamin. D’un signe de tête, il s’avança ayant pris sa décision et relâcha les chaînes de la créature qui se précipita aussitôt sur le petit garçon. Ce denier roula sur le côté pour éviter la charge et se releva à la vitesse de l’éclair. Il sortit une dague ciselée qu’il fit briller à la lumière. La créature se figea comme si elle devinait l’utilité de l’arme. Le petit garçon la fixa à son tour, se concentrant à nouveau. Puis il se mit tout d’un coup à courir comme pour prendre la fuite. La créature s’élança à sa poursuite. Profitant du manque de souplesse de la créature, le petit gaçron entama un demi tour sur lui-même et plongea son arme dans le flanc de la créature qu’il entendit pousser un hurlement de douleur. Il tourna l’arme dans l’abdomen de la créature, entendant de nouveaux hurlements, déchirant le silence. Puis il attendit que la créature s’écroule pour enlever son arme. Un sourire de victoire s’afficha sur ses lèvres. L’homme l’attendait les bras croisés.

    Une femme apparue, elle venait d’un coin obscur de la pièce. Son visage est creusé, blême et elle a de long cheveux blonds qui encadrent son visage, ses cheveux sont très fins. L’homme se tourne vers elle. Il lui sourit, et elle essaie de le lui rendre mais semble ne pas avoir assez de force.

    - Tu ne devrais pas être aussi dur avec lui. Ca n’est qu’un enfant.

    L’homme sourit fièrement en regardant l’enfant.

    - Et c’est le petit garçon le plus fort que je connaisse, Katherine.

    La femme secoua la tête. Son visage tout entier se mua en une expression de tristesse absolue. Sa main se porta à son visage comme pour en masquer les larmes sur le point de couler. Mais l'homme la connaissait. La brillance des yeux de la femme à cause des larmes qui les emplissaient ne lui échappait pas.

    - Tu sais pourquoi il est aussi fort? Tu le sais mais tu ne dis rien! Jamais rien! On dirais que tu ne ressens rien.

    S'effondrant, elle tomba à genoux secouée par ses sanglots. L'enfant se précipita vers elle et l'entoura de ses bras. Il l'aimait. Et chaque larme qui coulait sur le beau visage de la femme lui était d'une douleur infinie. Comme si chaque larme s'enfonçait en son coeur telle une lame blanche acérée. La femme entoura l'enfant de ses bras, nichant sa tête au creux de l'épaule de l'enfant. Seul ses yeux restaient apparent, et ils fusillaient l'homme du regard. Ce dernier, immobile, la mine défaite, ne savait pas quoi dire, quoi faire. Comment réagir. Ces larmes... il ne les avait pas voulu.

    - Kathy... je suis désolé.




Dernière édition par Ethan Matthews Fox le Sam 3 Mai - 19:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Ven 25 Avr - 23:20



    Extrait du journal intime de Ethan Matthews Fox

    Je ne sais pas si je leur en veux. Quelque part, oui, certainement. Ils étaient tous pour moi. Des parents, des amis, des confidents, ma seule famille et en même temps des professeurs exigeant. Julien a toujours été présent pour moi. Je sais pas si j’ai le droit de le haïr. Tout enfant, je l’adorais. C’était bien plus que de l’estime, le sentiment que je ressentais à son égard. Il était le soleil pour moi, un astre brillant, trop fort pour mes yeux d’enfant, mais aussi indéniablement magnifique. Je ne me lassais pas d’écouter ses histoires, comment il avait vaincu un puissant démon, comment il avait passé la plus belle des nuits dans les bras d’un autre homme, la manière dont ma mère était lorsqu’elle était une petite fille, leurs jeux d’enfants, heureux et naïfs. Tout en lui brillait de mille feux. Je n’avais que trois ans lorsqu’il me fit partager son entrainement quotidien. Mais j’avais adoré. Je me sentais si fort lorsqu’il était avec moi. J’avais l’impression que le monde pouvait s’effondrer autour de nous, peu m’importait, tant que j’étais avec lui, avec elle, nous formions une véritable famille. Lorsqu’elle est tombée malade tout s’est effondré autour de moi. Il est indéniable que la maladie de Kathy a touché aussi Julien. Comme il est inévitable qu’il en est souffert. Ce que je lui reproche c’est de l’avoir masqué comme il savait si bien masqué ses sentiment, lorsque ça n’allait pas personne ne pouvait le savoir avec lui. Mais c’était pas n’importe qui, c’était pas un simple mal passagé. On savait très bien tous les deux ce qui la rongeait. Et aucun de nous deux n’a versé une larme lorsqu’elle est partie. Aucun de nous deux.

    Lorsque j’étais tout petit, je me souviens très bien des moments que nous passions ensemble tous les trois. Je ne sais pas à quel moment elle est tombée malade, qui aurait pu croire qu’elle l’était? Elle me prenait si souvent dans ses bras qu’on pouvait se demander si elle ne craignait pas à tout instant de me perdre, et peut-être que c’était une crainte qui ne la quittait jamais. Nous étions tellement heureux tous les trois. Cette période m’apparait aujourd’hui comme bénie. Jusqu’à mes six ans, tout me paraissait tellement facile, à moins que ça ne soit une impression qui me soit resté. Julien était toujours présent. Jamais trop. Il était là. Et nous le savions, Kathy et moi. Pourtant il y avait toujours cette nécessité d’être ensemble, elle ne pouvait rester trop longtemps loin de moi et je ressentais ce même besoin comme vital. J’étais pourtant un petit garçon indépendant, toujours curieux, rien ne me rassasiais, j’avais besoin de savoir, toujours envie d’en savoir plus. Julien me raconta plus tard comment je pouvais faire preuve d’intelligence à un point qui l’étonnais toujours. Mes questions, comme peuvent en poser tous les enfants, étaient plus pointue qu’on aurait pu le soupçonner, et je semblais comprendre énormément de choses juste en observant. Julien adorait m’apprendre un tas de choses bien que Kathy n’ai jamais été tellement d’accord avec sa manière de m’éduquer, mais elle le laissait faire. Je crois qu’elle n’a jamais été jalouse de la relation privilégiée que nous avions, comme Julien ne s’est jamais montré jaloux ou méfiant à propos de cet amour presque filial qui existait entre Kathy et moi.

    Mais cette période n’a pas durer. Comme toute les bonnes choses en ce monde sinistre. Kathy est tombée malade. Julien savait peut-être ce qu’elle l’avait, mais il ne me l’a jamais dit. Cela aussi je le lui reproche. Et il le sais. Son état a rapidement été de pire en pire, elle perdait du poids à vu d’oeil, et son teint se raprochait de plus en plus de celui de la mort. Même un enfant pouvait le deviner. J’avais 7ans lorsqu’elle ne pouvait plus se lever tant elle manquait de force. Julien m’entrainait de plus en plus fort, il ne se limitait plus, comme s’il avait peur que Kathy parte et me laisse seul dans ce monde si dur pour un enfant seul comme il le disait lui-même. Je ne lui reproche pas cet entrainement martial. Je sais que c’est pour mon bien, et je sais aussi qu’il avait besoin d’être rassuré, de savoir que je serais fort, aussi fort qu’elle l’avait été par le passé. Plus elle allait mal, plus il me racontait des histoires de lorsqu’elle allait bien et plus je me sentais prisonnier, comme retenu par l’amour qu’il me portait, incapable d’agir pour la sauver. Julien essayait de me remonter le moral, mais il savait que j’avais compris. Un enfant aussi intelligent que je pouvais l’être savait que Kathy allait mourir, savait qu’il n’y avait rien qui puisse la sauver et savait qu’après sa mort il n’y aurait plus rien à sauver. Cette période fut la plus sombre de ma vie. Je me mis à le détester de ne pas montrer son chagrin, à le détester parce qu’il ne faisait rien pour la sauver, pour de mauvaises raisons.

    Après la mort de Kathy, qui remonte à trois ans à présent, Julien préférait rester seul. Moi qui lui en voulait tant, je quittais souvent le manoir où nous vivions pour aller à New York, dans le centre ville. Je me sentais comme un esprit opprimé depuis des années, qui avait besoin de s’ouvrir au monde, comme si l’on m’avais libéré de prison. L’horreur qui règnait autour de moi me paraissait belle parce qu’elle ne m’atteignait pas. Je pouvais rester des heures dans la rue sans manger ni boire, sans me soucier de quoi que ce soit, à observer ce mondre lutter contre les démons. Les autres humains dont je croisais la route me prenaient parfois en pitié, parfois ils s’attaquaient à moi, mais ça n’était rien en comparaison des démons. C’est à ce moment que j’ai compris l’inquiétude de Julien, pourquoi tous ces entrainements, mais je ne pouvais pas l’en remercier, parce que c’était devenu tellement normal pour moi. La vie dans la rue était devenue une nécessité. Je ne pouvais plus rester auprès de Julien. La mort de Kathy l’avait transformé... ça n’était plus l’homme que j’avais connu, que j’avais admiré. Finalement j’aurais préféré qu’il pleure, qu’il se mette à hurler, qu’il évacue sa colère et son chagrin, tout plutôt que ça. Son silence et son mutisme... Je me sentais si seul lorsque je revenais au manoir que j’ai finis par ne plus y revenir. Je me demande s’il y ai encore. Ca fait trois ans. Il est sans doute partit à présent.




« I feel the Darkness in me... And I can't do anything to be better. »


    Anecdote(s) de l'adolescence : Sous forme d'un dialogue, relatez un fait important de son adolescence {8 lignes minimum}

    « Tu sais ce que je ressens lorsque j’entends parler de lui? J’ai peur et en même temps mon coeur bat à s’en rompre. Il avait à peine 12ans lorsqu’il a combattut les douze démons de Brooklyn. On peut dire ce que l’on veut mais ces démons étaient sacrément fort. Je sais ce que l’on dit derrière mon dos. Elle rêve encore à son beau prince qui viendra la sauver. Mais je m’en moque. Moi encore j’ai des rêves, moi je n’ai pas encore perdu mes illusions. Je sais qu’il existe que ça n’est pas une simple légende. Et tu sais pourquoi je le sais? Parce que je l’ai vu. Oh je sais, tu vas encore te moquer, te dire que j’affabule, que j’invente, mais c’est vrai. Ce type existe. Ca n’est qu’un gosse, oui, un gosse, et il est frêle comme tout, mais il sait ce qu’il fait lorsqu’il part combattre des démons, il sait ce qu’il fait lorsqu’il les renvoie en enfer. Je l’ai vu à l’action. Il y a des papiers qui volent partout, les objets se mettent à léviter, les miroirs et les vitres volent en morceau. Je sais pas ce qu’il raconte exactement, mais ça les effraie. Les démons, ils ne supportent pas ce qu’il raconte. Tu les verrais, on dirait qu’ils vont se mettre à chialer. Et puis tout d’un coup, ça retombe, les objets je veux dire, et c’est un silence... asourdissant. Il observe le démon comme s’il allait lui percer le corps de son regard. Ensuite, c’est très rapide. Il y a du sang, de la violence, beaucoup de violence, mais il est agile, tellement agile, et il arrive à éviter les coups tout en labourant le démon de coup. Il a une arme je crois. Mais en fait, je n’ai vu que l’éclat de la lame. »

    Les enfants jouent dans la rue. Le soleil dare de ses rayons d’une force insoupçonnable. Malgré la sueur qui coule sur leur front, les enfants continue à jouer. Ils ne sont pas nombreux et la rue leur appartient pour eux seul. Certains sont déjà de jeunes adultes à 13ans à peine alors que d’autres sont que des enfants. Mais tous semblent ignorer les ombres qui les guettent dans l'obscurité et ils continuent leur jeux, enfantins, et plein d’innocence. Il y a des cris d'allégresses, des rires qui éclatent. Les ombres de la nuit ne les atteignent pas. Les cris d’enfants, plein de joie et d’espoir attire les démons. Leurs parents ont peurs lorsqu'ils entendent les journaux à la radio. Mais comment interdire à un enfant de jouer, comment lui dire de ne pas crier, ne pas rire, c'est leur enfance et ils n'ont pas besoin de savoir. Et la rue leur appartient. C'est étrange que rien n'est réellement changer. Il y a toujours autant de monde dans les rues, même une fois la nuit tombée, à croire qu'à New York les démons ne sont pas présents. La présence des chasseurs est presque ressentie comme une gêne. Les enfants ne sont pas sûr que ces démons existent réellement. Ils ont entendus parlés de certaines choses, mais dans leur esprit d'enfant, ce ne sont que des contes, comme ceux qu'on leur raconte avant de s'endormir. Rien de réel, aucune menace.

    Appuyé sur un mur, un jeune garçon les surveille d’un air dur. Il a à peine 13ans, et n’est pas le plus vieux d’entre eux, mais son regard semble tellement plus âgé, comme s’il avait déjà vécu toute une vie. Ses bras sont musclé pour ceux d’un garçon de son âge. Ses cheveux sales s’emêlent et tombent devant ses yeux clairs. Il les regarde. Comme s’il les surveillait, comme s’il les protégeait. Mais il n’y a nul sentiment dans son regard. En tout cas aucune envie de participer au jeu. Il n’est pas trop vieux pour ça. En fait, il n’en a pas envie. Il n’en a jamais eu envie. Bien souvent, il les voit jouer, depuis cinq ans qu’il traine dans les rues, il les voit jouer mais ne les rejoint jamais. A dire vrai, il se sent supérieur à ces enfants, il n’aime pas leur innocence parce que pour lui c’est de la faiblesse, il n’a aucune envie de les rejoindre parce qu’il n’aime pas leur jeux, il n’a aucune envie de leur parler parce qu’il sait déjà que leur conversation va l’ennuyer. C’est un jeune garçon bien arrogant pour son âge.

    « On raconte un tas d’histoire à propos d’un adolescent qui aurait des dons. Je sais pas si c’est vrai, je n’en ai pas beaucoup entendu qui avait quelque rapport avec la vérité. Ca n’est qu’un gosse comme tous les autres, qui brille et qui retombe dans l’anonymat. Dans le coin, ça discute pas mal dès qu’un chasseur se pointe, il faut dire que dans ce quartier il n’y en a pas beaucoup. Qui se soucie des gosses qui disparaissent, c’est certainement pas les chasseurs qui vont s’en préocupper. Ca non. Alors lorsqu’un gosse qui grandit dans ces rues, qu’on voit tous les jours, se met à tabasser des démons comme s’il s’y connaissait, et qui survit à tous ces combats, on peut pas s’empêcher de parler. C’est bien normal. Moi je l’ai pas vu à l’action le bonhomme. Je sais juste qu’il est du coin. Il va dormir à un endroit différent à chaque fois. Je sais pas ce qu’il fuit, mais c’est sûr qu’il n’aime pas rester à un endroit fixe. Et son regard, on dirait qu’il a vu le diable le pauvre. De si beaux grands yeux qui n’ont plus rien de curieux. Ses yeux sont fixes et lorsqu’ils se posent sur vous, ça vous en arracherait des hurlement de terreur. Un gosse ne devrait pas avoir un regard comme ça. Mais que voulez-vous c’est notre monde qui les façonne ainsi. On entends tellement d'horreur à la télévision, à la radio. Ils sont tous obsédé par l'idée d'un monde sans ombre, sans démon. Enfin, lui c’est pas ce qui le préocupe. Il s’en moque pas mal de changer le monde. Je crois qu’il passe son temps à fuir plutôt qu’à essayer de changer le monde. »

    L’endroit est sale et glauque. Il y a une forte odeur très désagréable qui y règne. Mais ça ne repousse pas le jeune garçon qui entre sans peur. Ses yeux clairs essayent de percer l’obscurité en vain. Le noir règne ici depuis presque toujours. Du moins c’est la sensation qu’il a. Curieusement, il ne connait pas la peur. Il en a trop vu pour avoir peur du noir, et il a trop vécu pour avoir peur de la mort. A vrai dire, si elle venait, il l’accepterait presque avec soulagement. La vie dans un monde aussi désolé n’est pas faite pour un enfant, ni pour un jeune garçon et certainement pas pour un adolescent seul et perdu sans personne à qui se confier, sans personne pour le protéger. Même s’il peut se défendre seul. Son arrogance aurait dû le perdre, mais il a trop bien été éduqué pour se laisser piégé de la sorte. On l’a elevé pour qu’il survive, mieux encore, pour qu’il devienne un de ces chasseurs de démons qui parcourent New York. Son savoir lui a permit de survivre jusque là. Alors pourquoi aurait-il peur du noir?

    Passé l’odeur, il y a des bruits, des gémissements. Des gens sont là, dans le noir. Ils connaissent la règle. Pas de cri, pas de rire. Mais pourquoi auraient-ils envie de rire? D’où tirairaient-ils la force de crier? Ici personne n’a envie de rire ni la force de crier. C’est un squatt comme il y en a tant dans la ville, mais celui-ci est sans doute le plus triste. Que viens y faire un jeune garçon de 13ans? Il s’est sans doute perdu dans les tréfonds de New York en essayant de fuir quelque chose ou quelqu’un. Le jeune garçon a déjà été ici. Il connait ces gens, sait ce qu’ils y font, sait qu’ils y meurent. Mais ça ne lui fait pas peur. Pas après ce qu’il a vu, pas après ce qu’il a vécu. La peur ne fait plus partit de son langage. Ni même les regrets ou les remords. Il ignore ce que c’est pour ne plus les avoir ressentit depuis très longtemps, s’il les a ressentit un jour. Ca n’est pas souvent qu’il vient ici. Il faut qu’il n’ai plus rien à faire, que ses longues journées se soient écoulées sans aucune action, sans aucun démon sur lequel se défouler, pour qu’il vienne ici.

    Ce qu’il cherche? Comme tous les autres, il cherche un moyen d’oublier. Il est jeune mais pas naïf. Déjà, il en croit plus en l’homme, déjà il sait que le combat est perdu d’avance. La mort, il l’a vu en face et plus d’une fois. A présent, il l’attends de pied ferme. Qu’elle vienne avec sa faux, il n’attends qu’elle. Le repos, enfin. Mais il n’y a pas le droit, n’est-ce pas? Pas lui. Il est trop jeune, il est trop fort, il a perdu cette innocence qui plait tant à la mort. Sa chair n’est plus aussi tendre. Alors en attendant, il vient ici. Même Lucifer ne viendrait pas ici. Ca n’est pas l’enfer ici, c’est bien pire. Mais il a besoin de cet endroit comme il besoin de ce qu’il vient y chercher. Ne parlez pas de dose, ça n’est plus le nom qu’on lui donne, pas plus celui de drogue. Il en prend pas toujours, on ne peut pas dire qu’il soit accro, de toute façon plus personne n’utilise ce terme. Mais de plus en plus ça devient une nécessité. Oublier. Encore.



Dernière édition par Ethan Matthews Fox le Sam 3 Mai - 19:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Ven 25 Avr - 23:21



    Extrait du journal intime de Ethan Matthews Fox

    Croire que je serais mieux sans Julien a sans doute été une grossière erreur. Je ne suis pas quelqu’un qui pense qu’on a besoin d’être entouré de gens qu’on aime. En fait je suis même plutôt quelqu’un de solitaire. La présence des autres m’insuporte. Ils m’ennuis avec leur problèmes qui me semble dérisoire, ils me lassent avec leur histoire qui me semble irréelle, leur mensonge sont comme une brûlure sur ma peau, car tout le monde ment et je le sais. Ce n’est pas de ma faute ou si parce que je ne fais rien pour changer ce trait de caractère mais il est vrai que je suis né ainsi. Un rien me lasse, et tout m’agace. Cependant Julien était quelqu’un que j’aimais, que j’appréciais et les gens qui ont mon estime sont si rare. Je ne sais si lui est mieux sans ma présence. Cela est vrai, j’aurais été horrible si j’étais resté, insupportable, je me sentais prisonnier de son amour mais m’en éloigné me rend horriblement malheureux comme me savoir loin doit lui être douloureux. J’ai été ignoble en partant ainsi sans donner de nouvelle, sans chercher à lui faire savoir que j’allais bien, que j’étais encore en vie. Mais quelque part je sais qu’il me sait en vie, il me connait trop bien, il m’a trop bien modeler à l’image qu’il voulait me donner. J’ai été son jouet, son modèle, la sculture qu’il a construit à travers ces années. Et cela ne me déplaisait pas jusqu’au décès de Kathy. Cependant cette période est à présent révolue et revenir en arrière m’est impossible.

    La solitude ne me pèse pas. Finalement les rues de New York sont pleine d’animation. Il y a toujours un démon à combattre, il y a toujours une bataille pour rester en vie, et c’est ça qui me plait et m’attire. Bien sûr que j’y perd un peu plus de mon âme, si jamais j’en ai possédé une. Je n’ai jamais été comme les autres, et je ne le serais jamais. La recherche d’un bonheur m’est impossible, la simple idée que le bonheur puisse exister m’est insupportable, et puis je sais que cela serait vain, car je ne croit pas en ce mensonge tout à fait humain. Courir après le danger est comme une seconde nature. Ca n’est pas que je n’accorde aucun prix à ma vie, mais c’est seulement que l’adrénaline a besoin de couler dans mes veines, c’est ainsi que je me sens vivant.

    Thanox. C’est la première fois de ma vie qu’on me donnait un surnom. Thanox. Un surnom étrange d’ailleurs, mélange de mon prénom et de mon nom. Je ne sais pas où il a été le chercher. Peu m’importe. Quelqu’un m’a donné ce surnom il y a deux mois et depuis je ne sais ce qui m’arrive. L’amour entre deux hommes peut-il exister? Bien sûr, Julien m’en a donné tellement d’exemple. A l’époque je croyais qu’il ne les aimait pas, ils n’étaient que de passage, toujours différents, jamais le même, mais à présent je crois comprendre. Il ne pouvait leur offrir ce qu’ils attendaient. De toute façon s’attacher à quelqu’un dans un tel monde devait lui sembler impossible. Et puis il m’avait moi, il avait aussi eut Kathy. Julien n’avait pas besoin d’un autre être à aimer. Mais je ne suis pas comme lui. Peut-être ais-je été un monstre avec lui, je l’ai détesté et je le sais à présent, pour de mauvaises raisons. Je ne méritais pas son amour. Oui, j’ai été absolument monstrueux et le pire c’est que je ne regrette rien. Sans lui je me sens vivre. Et puis il ne m’a jamais donné de surnom.

    C’est si étrange comme je me perd dans son regard. Lorsqu’il est avec moi je me crois immortel et j’ai la sensation que le monde est meilleur, que tout va mieux, que plus jamais je ne me sentirais seul, que plus jamais je ne serais rempli de colère. C’est étrange quand même que je ressentes tout cela. Je me croyais incapable d’aimer. Serais-ce possible alors? Lorsqu’il me touche, je frissonne de plaisir. Et ses baisers sont si doux. Rien ne me paraît avoir de goût après que j’eu connu celui de sa bouche, la douceur de ses lèvres, le poignard sanglant de sa langue pénétrant ma bouche. Il dit qu’il sera toujours là avec moi. Et moi je doute, je crains le pire, et à présent, moi qui n’ai jamais connu la peur, je tremble à l’idée qu’il lui arrive quelque chose. J’ai peur d’être amoureux, j’ai peur de le blesser, j’ai peur qu’il cesse un jour de m’aimer. C’est si étrange. Je croyais que ce genre d’amour n’appartenait qu’aux autres. Serais-ce possible alors? Et lorsqu’il me caresse, alors le monde cesse de tourner, et mon coeur manque d’exploser. J’aime sentir sa peau contre la mienne. Il est mien. Totalement mien. Ses silences me rendre peureux et en même temps j’ai l’impression d’entendre son coeur battre, juste à côté du mien.




« Lonely heart is always in pain. But a heart in love is never alone. »


    Anecdote(s) de la vie actuelle : Sous forme d'un dialogue, décrivez brièvement la ligne de vie de votre personnage {8 lignes minimum}

    « La solitude est un poids lourd à porter lorsqu’on ne l’a pas choisie. On est alors rempli de regret et sans cesse tourné vers le passé, on a une boule à la gorge à chaque fois qu’on songe à tout ce qu’on a raté. Vivre dans le regret est une douleur de tout les jours, mais lorsqu’on est seul et tourné vers le passé, il n’y a aucun moyen d’échapper au regret, il faut juste apprendre à vivre avec. C’est sûrement l’une des choses les plus difficiles au monde, parce qu’on ne s’y habitue jamais, parce qu’on a la sensation que les autres sont plus heureux qu’on ne pourra jamais l’être, parce qu’on finit par croire que le bonheur est un sentiment qu’on ne retrouvera plus jamais. Les êtres qui sont seuls, qui subissent cette solitude, ont tendance à devenir si froid que revenir vers les autres leur paraît impossible. Ils finissent par haïr les autres parce qu’ils ne sont pas seuls, parce qu’ils sont heureux, parce qu’ils sont présent. »

    La pluie battait la ville de Chicago avec force, les rues ruisselaient littéralement alors que chaque goutte d’eau semblait s’approprié une musicalité douteuse en tombant sur les bâtiments en ruine. Il n’y avait rien de plus triste que Chicago sous la pluie avec son architecture si spéciale épousant les rayons du soleil, mais en temps de pluie, on aurait dit l'abîme d'un enfer. Cela faisait plus de vingt ans à présent que le monde sans démons qu’ont put connaître nos ancêtres était mort, pour devenir qu’un immense et vaste receptacle à la peur a plus basique qui soit, à la paranoïa, à la haine et à la colère. La pluie ne lavait pas la honte ni la rancoeur, elle faisait seulement qu’ajouter une note triste à cette histoire. Celle d’une humanité malade qui refusait à son médecin de la soigner. Pourquoi les humains se méfiait tant des chasseurs, n'étaient-ce pas eux qui étaient censé les sauver? . Parmi les humains que croisait le chasseur, il y avaient ces âmes en peine qui avait tout perdu, dont la mort semblait qu’une heureuse issue. Famille, ami, proche, compagnon, ils disparaissent tous un à un. Et le plus dur était sans doute de survivre. Leur surivre. Voir le mondre continuer à s’autodétruire un peu plus chaque jour. Et eux s’en approrprié chaque parcelle chaque nuit. Eux c’était les démons.

    Parcourant la ville, ils étaient là depuis le début mais ce sont les humains qui leur ont ouvert les portes, ignorant l’origine de leurs malheurs, ils se sont bientôt transformer en victime. Chaque nuit les démons prenaient un peu plus possession de la ville. Seuls les chasseurs y font face, ils ne sont pas nombreux et leur nombre diminue chaque nuit, chaque jour, la méfiance, la souffrance, la paranoïa, un mal qui les ronge est celui qui les sépare un peu plus chaque jour des pactisants et qui ouvre la porte de leur maison aux démons. L’un d’entre eux était justement en train de marcher sous cette pluie, ses cheveux dégoulinant retombant devant ses yeux, ces derniers fixant le vide devant lui, fixant les rues vides et remplies de cette pluie qui n’arrangeait rien, qui ne lavait rien, qui faisait juste que tomber, s’égoûter le long des ruines et des survivants. La vie à Chicago en ces temps durs n’était pas fait pour ces gosses qui n’étaient pas préparés à affronter des choses aussi affreuses que les démons, un monde qui s’autodétruit un peu plus chaque jour. Ce jeune chasseur avait tout d’un de ces gosses que le monde broyait chaque jour, il était jeune, seul, et affrontait bien trop de choses pour son jeune âge, il n’était pas préparé à affronter ce monde, mais pourtant il y parvenait parfaitement bien. Oh bien sûr, il n’était pas des plus heureux. La solitude devenait chaque jour un poids plus pesant, la perte de ceux qu’il aimait devenait un fardeau plus lourd chaque jour, mais il surmontait cette douleur en l’ignorant, en se perdant dans des plaisirs oisifs, dans des chasses interminables, et par un goût du risque qui le ferait très probablement mourir jeune.

    La ville, il la connaissait par coeur, il était né ici, avait grandit ici, chaque recoin il le connaissait, chaque nuit la chasse le poussait un peu plus loin dans l’obscurité de la ville, dans ses recoins les plus secrets et les plus noirs. Ses pas étaient égaux, frappant le sol avec force, la pluie éclaboussant ses chaussures qu’il avait trouvé sur un cadavre. La manière dont il marchait démontrait une volonté dont peu de gens en ce monde sont capable. Le long de son bras tendu, une arme, un browning, armé évidement. Manipuler les armes blanches et les arts martiaux à la perfection ne servait pas à grand chose face à une bande de démons enragés. Et le chasseur le savait. Sa survie, il la devait à son intelligence froide, à son manque de désir tout à fait humain d’exploité ses talents, et à son don d’adaptation. La pluie ne le dérangeait pas, pas plus que le froid, il avait une idée derrière la tête et comme toujours dans ces cas là, le reste lui importait peu. La chasse le guidait, il avait ça dans le sang, on le lui avait mis dans la tête que buter des démons était cool, à moins que ça ne soit une idée qu’il se soit mis tout seul dans la tête à force d’entendre les récits des actes héroïques de Julien et Kathy, à force de rester enfermer dans le manoir sans bouger. Tout ce qu’il savait c’était qu’il en avait besoin, c’était plus fort que lui, tout comme ce besoin de prendre de la drogue, son besoin d’être seul, totalement seul.

    Un bras musclé frappa le visage du jeune homme qui recula sous le choc. Il passa son bras sur son visage, nettoyant le sang sur son visage. Le démon sortit de l’ombre. Lorsque son bras se retira, un sourire mauvais assombris le visage du chasseur qui braqua le démon et tira sans l’ombre d’un avertissement. Le sourire mauvais s’agrandit devenant un sourire de victoire, et s’approcha du démon, il tira une nouvelle fois histoire de cloué le démon au sol. Sortant un chapelet ainsi qu’une bible, le chasseur commença à réciter un passage de la bible en latin, puis il ferma la bible et la rangea, son sourire toujours présent, et il continua sa litanie jusqu’à ce que le démon se torde de douleur. Le chasseur y connaissait son affaire. Le démon mourut avant que le chasseur n’eut terminé. Le sourire disparu de son visage lorsqu’il traina le corps dans une ruelle obscure. Puis il sortit dans la rue et s’en alluma une. Il tira une longue bouffée comme s’il en avait besoin pour oublier ce qu’il venait de faire.




Dernière édition par Ethan Matthews Fox le Sam 3 Mai - 19:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 26 Avr - 0:56



    Extrait du journal intime de Ethan Matthews Fox

    Je ne sais pas depuis combien de temps je ne me suis pas sentit heureux. Est-ce qu’il est necessaire de ressentir ce genre de choses? Comment savoir si lorsque je sens ce souffle au coeur après avoir abattut un démon ça n’est pas du bonheur. Est-ce que je dois chercher sa définition dans la manière dont les autres l’utilise? Je ne sais pas. Ca me paraît tellement absurde de chercher le bonheur dans ce monde. Nous ne sommes pas fait pour être heureux. Croire qu’on peut l’être est illusoire. Et je ne peux me permettre de vivre dans l’illusion. Ca pourrait me coûter la vie si je ne me méfis pas. De toute manière je n’y ai jamais cru au bonheur. L’homme n’est pas fait pour être heureux. Il ne peut pas l’être. Pas dans ce monde. On ne peut pas y trouver une quelconque source de bonheur et il faut être idiot pour y croire une seconde. Je les ai vus mourir, crever la gueule ouverte, ceux qui y croyaient. Ils y ont crus jusqu’au bout. Et leur souffle s’est coupé plein d’espoir d’une vie meilleure. Je trouve ça complètement idiot.

    La mort fait partit intégrante de notre vie, pourquoi s’en méfier. Je sais que je suis probablement l’homme le plus triste de Chicago à ma manière de penser, à ne jamais croire en un bonheur possible, à espérer la mort comme un soulagement, mais je ne me vois pas comme un homme malheureux. J’ai la chasse, j’ai ces petits plaisirs, avec des filles que je croise, et puis il y a ces petits plus. La drogue n’est pas une necessité, bien que je conçois parfaitement que ça le soit pour certain, ce monde n’est plus pour eux, et c’est le seul moyen de l’accepter. Les filles ne sont pas tout à mes yeux, elles ne sont que de la chair, que de la douceur, que de la violence, et du plaisir, le tout mélangé, un moment d’extase qui me redonne des forces. La chasse en revanche, est tout à mes yeux. J’y ai consacré ma vie... je crois que je suis né avec ça dans le sang. Julien me l’accorderait facilement.

    Je ne l’ai pas revu, lui non plus. Julien ne me manque pas. Il appartient à un moment de ma vie qui est définitivement clos. Retourner en arrière m’est impossible. De toute manière je doute qu’il soit encore vivant, qu’il soit encore au manoir. Julien ne peut pas survivre dans ce monde sans Kathy. Je l’ai su lorsqu’elle est morte, c’était dans ses yeux. Le remord ne me saisit pas lorsque je songe à lui. Personne n’aurait pu l’aider à surmonter la mort de Kathy et surtout pas moi. Je ne suis qu’un lâche s’il n’en plaise à Dieu, je n’ai pas la force de trouver moi-même un quelconque bonheur, alors encore moins d’aider les autres. J’ai connu Julien lorsque tout allait bien et je me souviens parfaitement de la force de la nature qu’il était, de son caractère si versatile et pourtant qui parvenait toujours à se rendre adorable et intelligent aux yeux de tous, impossible de lui en vouloir, même lorsqu’il vous faisait un coup en douce. La mort de Kathy avait tout changé, ça n’était plus le même homme, et je n’avais pas cette force en moi. Fuir était la seule chose à faire.

    Quoi qu’il en soit, Julien ne me manque pas. J’ai accepté le fait qu’il ne fasse plus partit de ma vie, comme j’ai dû accepter la mort de Kathy. La chasse m’a aidé c’est vrai. Mais la chose qui m’a parut le plus cruel ça a été la mort de mon amant. Comment utiliser un autre mot? Je l’aimais. Ca n’était pas un chasseur et je crois qu’il aurait aimé que je ne sois plus à courir après les démons, la peur le guidait, c’est vrai, la crainte de me perdre. Mais moi, j’aurais voulu le mettre dans une bulle. Sa mort a été la chose la plus dure à accepter. Le pire c’est que je n’ai pas pu être là, je n’ai pas su ce qui l’a tué, je l’ai juste vu mourir dans mes bras, agonisant. La mort fait partit de ma vie, je l’accepte comme telle, mais lorsqu’elle touche d’aussi près, c’est toujours difficile. Mon coeur s’est fendu en deux et jamais plus je ne pourrais l’accepter, accepter d’aimer et de s’ouvrir à nouveau.

    Fuir, encore et toujours, c'est ce que je fais de mieux. Après avoir fuit le manoir, fuit Julien et son absence, fuit le vide laissé par Kathy, je me suis à nouveau fait la malle. Cette fois-ci j'ai quitté New York. Pourquoi Chicago, pourquoi cette ville en particulier, alors que tant d'autres souffre autant de la présence des démons, alors qu'elle ne m'offrira rien d'autre que des combats dans des nuits sans fin? Peut-être à cause d'une lettre que j'ai retrouvé... un scientifique qui avait envoyé une lettre à Julien. Je l'ai jeté après l'avoir lu, et cela date d'il y a des années. Je n'étais qu'un gosse à l'époque. Mais je me suis fait une promesse ce jour là. Si j'en avais la possibilité j'irais à Chicago, pour comprendre. La lettre parlait d'une opération, de don, et cela me concernait. Est-ce que c'est dans cette ville qu'on m'a donné ces étranges pouvoirs? Y trouverais-je une raison, une explication? J'en doute fort. Mais je suis venu ici, parce que j'avais un but. C'est la seule chose qui me fait tenir. Un but. Même un aussi léger.

    Il n’y a que dans ses lignes, dans ce carnet tout tordu et tout sale, que je peux dire ce qui me rend parfois songueur. J’ai l’impression parfois que je suis un autre lorsque j’écris dans mon journal. Comment je peux arriver à me montrer aussi tendre, aussi nostalgique, moi qui ne vit que l’instant présent, comment puis-je laisser ainsi paraître des émotions que je croyais refoulées et disparues depuis longtemps. C’est comme si il y avait deux personnes, celle qui surmonte tout, qui peut affronter des dizaines de démons, qui peut survivre à la mort de tous ceux qui l’entoure et celui qui pleure sur ce qu’il a perdu, qui espère encore un bonheur futile et impossible. Mais ce dernier n’existe qu’à travers ces pages.




    Epoque où il a découvert ses pouvoirs : Racontez comment votre personnage a utilisé pour la première fois ses pouvoirs et sa réaction {8 lignes minimum}
    Ethan a toujours vécu avec ses pouvoirs. Du moins, leur apparition ne lui a jamais parût comme un évènement en soi. Même s'il n'a jamais eu d'explication concrête de ses capacités assez peu ordinaire, il ne s'est jamais sentit réellement différent, étant élevé par Julien qui savait tout de ses capacités et qui lui a appris à les manier et à les maîtriser. Le seul point obscur était pourquoi Kathy semblait si réticente envers ces dons qu'enfant Ethan considérait comme un cadeau du ciel. C'est en sortant hors du manoir des Fox qu'il a réalisé. Les autres, les humains, les simples humains, ne possédant aucun don l'appelait Pactisant, ils disaient qu'il était lié au diable par ses pouvoirs. Mais Ethan savait que c'était faux. Avant de quitter le manoir il avait pu lire une lettre... envoyée par un scientifique de Chicago elle laissait entendre qu'il devait ses dons extraodinaires à cet homme. C'est la raison de sa présence à Chicago.




• Relations


    Gaïa Brooks {Keira Knightley} - Lorsque Gaïa était encore une chasseuse, Ethan et elle se connaissait, ils avaient plusieurs fois combattut ensemble et se respectaient mutuellement même s'ils ne cessaient de s'envoyer des piques et de se taquiner. Entre eux c'était l'entente cordiale et même plus. Un soir de chasse, ils étaient crevés tous les deux et finirent par coucher ensemble, pris par le désir. Le lendemain, ils essayèrent de faire comme si rien ne s'était passé, mais le désir s'était éveillé alors qu'ils se posaient des questions sur ce que ça pourrait donner. Gaïa savait que Ethan allait souvent voir des filles et qu'il n'était qu'un courreur, et Ethan savait que Gaïa ne l'aimait pas et ne voyait en lui qu'un séducteur. Pourtant ils recommencèrent à plusieurs reprises, sans essayer d'approfondir leur relation.

    A la mort du père de Gaïa, Ethan fut présent pour elle, mais ils ne couchèrent plus ensemble. Avec la fin de la chasse pour la jeune femme ce fut aussi la fin de leur habituelles parties de jambes en l'air. Ethan devinait que la jeune femme avait besoin de changer de vie, et il ne lui en voulait pas. Depuis, il passe régulièrement la voir, il se tient au courant, et il lui arrive même de la suivre le soir parce qu'il a peur qu'elle n'est plus ses reflexes ne soient plus ce qu'ils étaient mais une nuit, elle le surpris en lui démontrant le contraire puisqu'elle manqua de lui briser le bras pour lui prouver qu'elle n'avait besoin de personne. Néanmoins, ils sont resté très complices, à veiller l'un sur l'autre, et à essayer de savoir si l'autre va bien.



    Liam Reynolds {Gaspard Ulliel} - Cette nuit là, Ethan recherchait uniquement un divertissement et il n’y avait à ses yeux rien de plus divertissement qu’une chasse, un affrontement dans les rues de NY détruites et vides. Il tomba rapidement sur un démon. Le chasseur ne le connaissait pas, à ses yeux c’était un simple démon, une proie à abattre, un nouveau trophée à ajouter à son tableau de chasse. Mais le combat n’en finissait pas. Ethan n’arrivait pas à avoir Liam et le démon ne parvenait pas non plus à tuer le chasseur. L’agacement montait chez le chasseur qui ne trouvait plus cela très amusant. Jusqu’à ce qu’une enfant apparaisse et veuille mettre fin au combat. Elle semblait connaître le démon. Ce dernier menaça l’enfant avant de disparaître laissant Ethan surpris plus qu’agacé. Le chasseur essaya d’en savoir plus auprès de l’enfant sans y parvenir. Mais sa curiosité avait été piquée au vif, et à présent il allait chercher à comprendre.


    Aaron Dawn {Jesse Spencer} Aaron a été l’amant de Ethan lorsque les deux étaient alors adolescent. Ethan était fou amoureux de lui et Aaron se sentait capable de tout pour protéger Ethan. Il était alors la voix de la sagesse pour Ethan. Mais Aaron est pratiquement mort dans les bras de Ethan… en réalité, Aaron est tombé dans le coma. Il ignore que Ethan le croit mort et souhaiterait le retrouver après tout ce temps passé à dormir. Mais Ethan a quitté New York depuis la mort de Aaron, fuyant ces souvenirs fugaces et si douloureux pour Chicago.[/size]




• Pouvoirs

    TELEKINESIE
    Il peut déplacer des objets qui sont à une courte distance de lui, plus ils sont loin et plus ils sont lourd, plus il épuisera ses forces à essayer de les déplacer sans grande chance de réussite.
    Le pouvoir de déplacer les objets par la pensée lui permet aussi de repousser le pouvoir de quelqu’un d’autre pour se protéger à condition que ce pouvoir manipule des éléments solides comme la glace ou le métal, il ne peut pas repousser le feu ou l'eau qui ne sont pas consistant, et cette capacité est très limité.

    TELEPATHIE
    Le pouvoir de télépathie est extrêment lié avec la télékinésie, mais le pouvoir de télépathie est beaucoup moins contrôlable et peut facilement se retourner contre le jeune homme voilà pourquoi il l’utilise avec parcimonie.
    Il peut donc lire les pensées d’autruis mais lorsqu’il fouine la tête des autres, il expose plus facilement ses pensées, surtout qu’il contrôle assez mal ce pouvoir là.
    Projeter ses pensées dans la tête des autres est aussi possible pour lui, et bien souvent il le fait involontairement. Cela peut servir pour obliger les autres à l’écouter, mais aussi pour hypnotiser quelqu’un ou le forcer à obéir. En sachant que cela demande beaucoup d’énergie et peut être dangereux pour le cerveau de la personne.

    CAPACITE DEVELOPPES
    La vue: il est capable de voir plus loin, mais aussi dans l'obscurité.




• Hors Jeu

    Personnalité de l'avatar : Jared Leto
    Joueur ou joueuse : Joueuse
    Comment avez-vous connu le forum : Via ROS
    Commentaires ? : cheers vive nous!


Dernière édition par Ethan Matthews Fox le Dim 4 Mai - 19:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 26 Avr - 1:27

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Eden
*{ Darker than Black | Admin
avatar

Nombre de messages : 310
Âge : 26 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: * Absorbtion des chairs
Clan: *Miam’s Slave
File Relations:

MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 26 Avr - 16:20

Bien longue fiche ma foi j'avoue.

Cependant, même si c'est largement au dessus de ce que nous attendons en quantité, tu devrais faire plus attention au contexte...

Tu fais allusion à un virus:
Citation :

Si l’on en croit la gueule qu’il avait, c’était plutôt cette saleté de virus qui l’a tué.


De plus, je ne comprends pas ça.
Citation :

Monsieur Fox,

Nous avons bien reçut votre demande pour l’enfant à venir. Les conditions semblent entièrement remplies pour que votre demande soit reçue. Et le fait que la mère soit en pleine santé est une condition essentielle. Vous dites qu’elle a cessé la chasse pour mettre au monde cet enfant, et cela est une excellente nouvelle. L’enfant semble donc en toute sécurité entre vos mains. Et si effectivement vous pratiquez encore la chasse, cela ne peut que nous assurer de votre entièrement dévouement à notre cause. Nous ne pourrions confier un tel don à des personnes ignorant tout de la chasse. Et ainsi nous pouvons avoir entièrement confiance en vous quand à l’éducation de l’enfant. C’est avec des personnes de votre trempe et de votre détermination que nous parviendrons à vaincre l’ennemi.

Vous serez donc heureux d’apprendre que votre demande a été accepté par moi-même en personne. L’enfant a venir sera donc sous votre charge mais nous ne serons jamais loin, et au moindre faux pas, nous n’hésiterons pas à nous charger de l’éducation de l’enfant. Comprenez que ce que nous allons offrir à cet enfant est un don, mais comme tout don, il implique des responsabilité, surtout envers ceux qui le lui ont offert. Mais enfin, je doute que nous ayons besoin d’arriver à de telles extrémités.

Quand à l’opération, elle se passera très rapidement et sera totalement indolore autant pour la mère que pour l’enfant. Cela fait un an déjà que nous pratiquons cette opération, et s’il est vrai qu’elle n’est pas sans risque, elle est très souvent couronnée de succès.

Veuillez recevoir l’expression de nos plus sincères sentiments,

Jake Anderson, Chicago, Etats-Unis d’Amérique

Est-ce que tu as demandé la permission à un administrateur pour contractualiser ainsi Jake Anderson? Je ne pense pas qu'il faisait des demandes... De plus ces manipulations ont commencé bien avant 1980.

Citation :
Avant New York était rempli de gens, on avait à peine l’espace suffisant pour respirer. Du moins c’est ce qu’on leur a dit. Les enfants ne sont pas sûr que ce New York ait vraiment existé
.

Si New York est la ville natale d'Ethan, nous ne nous situons pas dans un contexte Apocalyptique.

Citation :
" Il n’y avait rien de plus triste que Chicago à moitié vide, rempli de survivants dont la moitié étaient malade, et l’autre moitié crevait de trouille, sous la pluie de fin d’hiver. Cela faisait plus de vingt ans à présent que le monde qu’ont put connaître nos ancêtres était mort, pour devenir qu’un immense cimetière, triste, vide, et malade à en mourir. La pluie ne lavait pas la honte ni la rancoeur, elle faisait seulement qu’ajouter une note triste à cette histoire. Celle d’une humanité malade s’autodétruisant un peu plus chaque jour. Parmi les survivants, il y avaient ces âmes en peine qui avait tout perdu, dont la mort semblait qu’une heureuse issue. "

Survivants?

Ce n'est pas un contexte Apocalyptique. La ville n'a jamais été détruite et l'humanité n'a jamais été au bord de la disparition.

Citation :
" La ville, il la connaissait par coeur, il était né ici, avait grandit ici, chaque recoin il le connaissait, "

Ethan semble avoir passé son enfance à New York... Chicago n'est donc pas sa ville natale.

Citation :
Avant de quitter le manoir il avait pu lire une lettre... envoyée par un scientifique de Chicago elle laissait entendre qu'il devait ses dons extraodinaires à cet homme. C'est la raison de sa présence à Chicago.
Je suis assez contre l'histoire de la lettre.

Il y a beaucoup de contradictions en faite. Et aussi des fautes d'accord.

Tout ce que je peux dire c'est qu'il faudrait reprendre toute cette fiche et lui donner un peu de cohésion. Et je suis désolé si tu as voulu intégrer Ethan au contexte en faisant allusion à Jake, mais c'est trop vicieux pour que nous acceptions. Peut être as-tu demandé à un autre administrateur (en tout cas ils m'en ont pas parlé) mais il aurait fallut poser cette question dans Other Stuff.

Je suis désolé de retarder ta validation, mais malgré la longueur et les efforts que tu as fait, je pense, à la construire, il y a bien trop d'incohérences.

Signale nous lorsque tu l'auras modifiée.

Egalement, la télékinésie ne permet pas de déplacer les organes internes. Que les objets non organiques.
Pour les sens décuplés, tu dois en choisir un seul.


POUM voilà j'ai finit les remarques hostiles.

_________________
ava by hay_gurl


AND I'M A STRANGER, A LIFE CHANGER
I'M A MAN THAT'S NOT AFRAID OF DANGER

... hum, Joan, you're a woman...
WHO CARES BASTARD?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 26 Avr - 17:13

J'ai corrigé tout ce qui faisait référence à monde apocalyptique. Je suis désolé, j'avais encore oublié des éléments, je pensais avoir tout corrigé.

Pour ce qui est de la lettre, ça me semblait une bonne idée, j'avoue ne pas avoir demandé à un administrateur, ça me semblait pas être du vol de reprendre cette histoire de médecin pour ma fiche sachant que ça resterait uniquement pour ce forum.

En fait si j'enlève la lettre, je vois pas trop comment expliquer le fait que Ethan ai des pouvoirs. J'avoue que j'avais compris le contexte comme ça, mais si je me suis trompé je m'en excuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Eden
*{ Darker than Black | Admin
avatar

Nombre de messages : 310
Âge : 26 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: * Absorbtion des chairs
Clan: *Miam’s Slave
File Relations:

MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 26 Avr - 17:42

HAN Mais j'ai jamais parlé de vol oO.
Ca me dérange pas que tu prenne des éléments du contexte, c'est même mieux. Mais il faut seulement que ce soit cohérent. On trouve ça un peu exagéré d'impliquer des demandes de modification génétique alors que les choses étaient gardées top secret et que Jake Anderson ne révéla les effets de ces études que bien après leur commencement.

Si tu tiens à avoir un document pour certifier la venue d'Ethan à Chicago, je te propose de suggérer que le père de ton personnage était en lien avec Jake et que... soit par vengeance soit à cause d'autre chose il a décidé de modifier l'enfant.

Bon, les premiers pactisans sont apparus en 1950, ils étaient très nombreux et parmi eux je pense que les parents d'Ethan y étaient. Mais l'affaire à été rendu publique en 1980 et ça a été interdit Après cela, les manipulations ont été interdites.

Mais Ethan est né de deux parents pactisans. Il n'a pas besoin de modifications pour avoir des pouvoirs. Cependant si tu y tiens vraiment beaucoup, switch la demande pour un lien tendu entre les parents et Jake. On a peut être pas été assez clair dans le contexte.

Voilà, j'espère que tu n'es pas trop découragée. bounce

_________________
ava by hay_gurl


AND I'M A STRANGER, A LIFE CHANGER
I'M A MAN THAT'S NOT AFRAID OF DANGER

... hum, Joan, you're a woman...
WHO CARES BASTARD?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 26 Avr - 17:47

Pas du tout, j'adore l'idée que tu viens de me suggérer. Cela dit je pense que les liens tendus devraient plutôt être entre Julien et Jake que Matthews, parce que le père de Ethan c'est quand même un grand innocent faut dire. Rolling Eyes

T'inquiète il en faut plus pour me décourager.

Mais c'est vrai que le contexte laisse une petite part de mystère, qui donne envie, mais quand on fait sa fiche on se creuse le ciboulot pour remplir les vide et parfois on se plante. Maintenant que j'ai des éclaircissement ça ira mieux je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 3 Mai - 19:20

Double message, je m'en excuse, pour avertir que ma fiche était modifiée. J'attends donc l'aval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Stormane
Admin | • Tame me
avatar

Nombre de messages : 536
Âge : ... ans
Date d'inscription : 20/04/2008

Secret Files
Powers: • Création de Vide
Clan: Demon
File Relations:

MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Sam 3 Mai - 20:09

Les pouvoirs ne sont toujours pas modifiés, je n'ai pas tout relu mais dans l'extrait de journal de Julien, il fait donc référence à Jake. Est-ce que les conditions des modifications génétiques d'Ethan ont été précisé à la suite?

Bon un jour on y arrivera Non non

Si non juste une remarque, il y a beaucoup de passages qui n'ont rien à voir avec Ethan, ce n'est pas vraiment un reproche mais ça fait beaucoup de travail pour les administrateurs de plus, de n'est pas en ordre chronologique et je me suis embrouillé une ou deux fois. Faudrait faire gaffe sur d'autres RPG, car y a beaucoup d'administrateurs qui perdent patience assez vite.

Voilà Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devils-absolution.forumchti.com
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Dim 4 Mai - 19:03

Pouvoir et sens développé modifier.

Pour le lien avec Jake, non pas d'explication directe de la modification génétique.

Eh bien j'avoue aimer faire des flashback, ajouter des témoignages dans une biographie. C'est pour dynamiser le récit. Mais jusque là ma manière de faire des biographie a toujours plu. Au point que certain voulait que j'en fasse une nouvelle, mais ça me prendrait trop de temps. Cela dit, je ne ferais pas de bio aussi compliquée pour un forum n'ayant pas de bon niveau de rpg exigé, je m'adapte c'est certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Eden
*{ Darker than Black | Admin
avatar

Nombre de messages : 310
Âge : 26 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: * Absorbtion des chairs
Clan: *Miam’s Slave
File Relations:

MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Dim 4 Mai - 19:12

Voilà, je pense que c'est bon.

Validé enfin.

_________________
ava by hay_gurl


AND I'M A STRANGER, A LIFE CHANGER
I'M A MAN THAT'S NOT AFRAID OF DANGER

... hum, Joan, you're a woman...
WHO CARES BASTARD?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

avatar

Nombre de messages : 51
Age : 35
Adresse : • 89 Mc Arthur Street
Race : • Pactisant • With Evil or Against?
Mood : • Leave me in the Darkness • Alone
Âge : 25 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: • Télékinésie • Télépathie •
Clan: • Bien • Against Evil
File Relations:
MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   Lun 5 Mai - 2:05

Enfin c'est le mot! Twisted Evil merci beaucoup en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ethan Matthews Fox || Eternal Darkness
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» | When Darkness Falls
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]
» Ethan Hudson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Absolution :: 
|| Before The Game ||
 :: Présentations :: Présentations Validées
-
Sauter vers: